50 ans de carrière – Années 70’s

Dick Rivers signe sur le prestigieux label RCA (celui d’Elvis Presley) après 10 ans passés chez Pathé-Marconi.

Dick sait plaquer correctement quelques accords de guitare mais n’a jamais été un musicien… il possède cependant plusieurs très belles guitares sèches toutes des Gibson dont une Hummingbird de collection (vintage) et une autre avec des « pick guards » (moustaches) comme celles des Everly Brothers !

Les ventes de « Dick’n’Roll » vont bon train et les concerts se multiplient. Début mai 1972, une affiche incroyable d’artistes rock sont au fronton de l’Olympia de Bruno Coquatrix. les Doors, Grateful Dead, Jerrry Lee Lewis et… Dick Rivers le mardi 9 mai 1972 avec le groupe pastiche des années 60 « Au Bonheur des Dames »

(Oh ! Les Filles) en première partie de programme ! Dick Rivers est accompagné par le groupe Labyrinthe : Raymond Bureau à la basse, Simon Vandercam à la lead-guitar, Donald Rieubon à la batterie, Pierre Billon aux percussions, Jacques Verecchia aux claviers + 2 choristes + cuivres… et 2 magnifiques Harley Davidson Electra Glide en prime sur scène !

Entre temps, Dick Rivers refait l’Olympia durant trois jours les 10, 11 et 12 mai 1973 et il convainc Jean-Michel Boris de prendre pour sa première partie un jeune comédien alors inconnu : Coluche !

En mai 1974 sortie d’un nouveau succès « Hey Mamy » qui rend hommage à toutes les idoles du rock disparues… A l’automne c’est un nouvel album intitulé « Rock’n’Roll Star » qui inclut un futur disque d’or (certifié en 1975) : « Maman N’aime Pas Ma Musique » qui figure toujours au répertoire scénique de l’artiste.

« Maman N’aime Pas Ma Musique » est certifie disque d’Or.

Pochette de l’album « Mississippi River’s » dessinee par Morris, createur de Lucky Luke !

Sortie de l’album « Dixie » toujours enregistré en Louisiane et plus « country traditionnel » encore avec toutefois quelques bons rocks bien sentis tels que « C’est Moi L’King » adapté de Fats Domino ou « Jalouse » adapté de Frankie Ford. De superbes ballades aussi comme « J’ai Pas Tué J’ai Pas Volé » ou « Voilà Pourquoi J’ai Besoin d’Elle », toutes chansons que Dick interprète aux Rendez-Vous du Dimanche ou à Midi Première animé par Danièle Gilbert.

Son batteur et ami Tommy Brown (ancien chef d’orchestre de Johnny Hallyday) lui compose aussi de très bons titres mais il sera emporté par un cancer l’année suivante…

En février 1978 sortie de l’album « Je Continue Mon Rock’n’Slow », un nouveau titre phare pour Dick Rivers qui en fera sa devise… et un succès.

Sur ce disque « Roule Pas Sur Le Rivers » une excellente adaptation du « Proud Mary » de Creedence Clearwater Revival, groupe préféré de Dick, un standard repris par les plus grands, de Ike & Tina Turner en passant par Elvis Presley. Autre chanson phare : « Grandis pas », une ballade avec un texte fort qui évoque les rapports père/fils…

En juin, sortie de l’album « DeLuxe » dont la pochette est conçue par Jean-Baptiste Mondino.

Rivers
Pas De Vainqueur // Rivers
icon-downloadicon-download
  1. Pas De Vainqueur // Rivers
  2. L'Amour M'Attendait La // Rivers
  3. L’Amour M’Attendait La // Rivers
  4. Tu M'As Changé // Rivers
  5. Tu M’As Changé // Rivers
  6. Hotel New Hampshire // Rivers
  7. Paris Vintimille // Rivers
  8. Jeanne & Henri // Rivers
  9. Jeanne & Henri // Rivers
  10. Si J’Te R’Prends // Rivers
  11. Si J'Te R'Prends // Rivers
  12. Maudit // Rivers
  13. Les Herbes Hautes // Rivers
  14. Le Role Du Rock // Rivers